Variation in helminth susceptibility of indigenous chickens in Kano and Jigawa States of Nigeria

Authors

  • A. A. Ibrahim Federal University, Dutse.
  • S.T. Mbap Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi
  • T. Ibrahim Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi
  • Y. P. Mancha Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi

DOI:

https://doi.org/10.51791/njap.v48i5.3187

Keywords:

Helminth parasites, EPG, worm burden, gene flow, susceptibility

Abstract

This study was carried out to identify the helminth parasites and burden associated with five indigenous chicken strains namely normal feathered Fulani ecotypes, naked neck, dwarf and frizzle kept under free- range system in six local government areas of Kano and Jigawa States. A total of 540 fresh faecal samples were collected from the gastrointestinal tract. Faecal egg count (quantitative examination) was carried out using the modified McMaster technique with flotation solution. All the helminths (cestodes and nematodes) were examined under light microscope and identified on the basis of helminthological keys. Worm count, EPG, Packed cell volume (PCV), total serum proteins and albumin were used to assess chicken susceptibility to worm infection. Significant differences were observed among the chicken strains for egg per gramme (EPG), cestodes and nematodes. The highest EPG (119.80) was observed in naked neck chickens, followed by frizzled (114.18), dwarf (62.86), normal feathered (30.80) and Fulani ecotypes (0.71). Frizzled chickens had higher mean cestode (7.96) count than the other strains. Dwarf chickens were significantly (P<0.05) more susceptible to nematode infection. Higher EPG (60.55) and worm burden (cestode, 6.08) was found in males than females. The high gene flow and low differentiation between Fulani ecotype and normal feathered and, naked neck and frizzled buttressed the assertion that the similarity in EPG between them were because of genetic closeness. Susceptibility to worm infection in the study measured by the prevalence and EPG was therefore genetically controlled. There were generally negative and low correlations between egg and adult worm counts with haematological indices considered. Thus, blood parameters do vary in response to helminth infection and could be good measures of susceptibility.

 

 

Cette étude a été réalisée pour identifier les parasites de Helminthe et le fardeau associé à cinq souches de poulet autochtones, à savoir des écotypes Fulani à plumes normaux, un nuque nu, un nain et une frisée maintenus sous un système de liberté dans six zones gouvernementales locales des États de Kano et Jigawa. Un total de 540 échantillons fécaux frais ont été collectés à partir du tractus gastro-intestinal. Le nombre d'œufs fécaux (examen quantitatif) a été réalisé en utilisant la technique modifiée McMaster avec une solution de flottation. Tous les helminthes (cestodes et nématodes) ont été examinés sous un microscope léger et identifiés sur la base de clés helminthologiques. Le nombre de ver, ŒPG, volume de cellules emballé (VCE), les protéines sériques totales et l'albumine ont été utilisées pour évaluer la sensibilité au poulet à une infection de vers. Des différences significatives ont été observées parmi les souches de poulet pour l'œuf par gramme (ŒPG), des cestodes et des nématodes. Le plus haut ŒPG (119,80) a été observé dans des poulets de cou nu, suivis de frisanges (114,18), de nains (62,86), d'écotypes normaux à plumes (30,80) et de Fulani (0,71). Les poulets frongettes avaient une cestode moyenne moyenne (7,96) comptant que les autres souches. Les poulets nains étaient significativement (p <0,05) plus susceptibles d'infection nématode. L'ŒPG (60,55) et la charge de ver supérieur (CESTOD, 6,08) ont été trouvés chez les poulets que les poules. Le flux de gènes élevé et la faible différenciation entre les écotypes Fulani et la normale à plumes normaux et à la nuque nue et à contreforts librizatés l'affirmation selon laquelle la similitude dans ŒPG entre elles étaient à cause de la proximité génétique. La susceptibilité à une infection de vers dans l'étude mesurée par la prévalence et l'ŒPG a donc été contrôlée génétiquement. Il y avait généralement des corrélations négatives et faibles entre le nombre de ver d'œufs et d'adultes avec des indices hématologiques considérés. Ainsi, les paramètres sanguins varient en réponse à l'infection d'helminthe et pourraient être de bonnes mesures de susceptibilité.

Author Biographies

A. A. Ibrahim, Federal University, Dutse.

Department of Animal Science

S.T. Mbap, Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi

Department of Animal Production

T. Ibrahim, Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi

Department of Animal Production

Y. P. Mancha, Abubakar Tafawa Balewa University, Bauchi

Department of Animal Production

Downloads

Published

2021-11-10

Issue

Section

Articles