Greenhouse gas emissions from livestock and mitigation options in Nigeria

Authors

  • M. A Adeyemi Olusegun Agagu University of Science and Technology
  • E. O. Akinfala Obafemi Awolowo University, Ile-Ife

DOI:

https://doi.org/10.51791/njap.v48i5.3219

Keywords:

greenhouse gases, livestock, emission, enteric fermentation, mitigation

Abstract

Greenhouse gases are becoming devastating on agriculture and environment because of its effect on climate and global warming. The aim of this review is to provide update on livestock greenhouse gases emission and rekindle available mitigation strategies. Recently, global warming and climate change have become one of the most discussed issues globally because of their negative effect on ecosystem worldwide. The livestock sub-sector as a major source of greenhouse gas emission, has been identified to contribute substantially to the recent rise in global warming and climate change. Livestock, most importantly ruminants plays a major role in the emission of methane, one of the potent greenhouse gases. This methane is usually released through enteric fermentation in animals and manure management system, though the latter account for smaller quantity. Estimate of methane emission inventory from livestock in Nigeria showed that 96.15 % of methane produced by livestock was by ruminants with cattle alone accounting for 74.06 %. With this background, strategies to date for reducing methane emissions should centre on ruminant. Efforts to reduce methane emissions from enteric fermentation generally focus on options for improving production efficiency. This has been demonstrated with intensive animal production systems. However, in Nigeria, this system has been successful only for non-ruminants while the extensive and semi extensive systems are being practiced for ruminants. In view of this, options for reducing emissions must be selected to be consistent with country-specific circumstances. Those circumstances should include animal management practices (including cultural traditions), nutrition and economic development priorities.

 

 

Les gaz à effet de serre deviennent dévastateurs de l'agriculture et de l'environnement en raison de son effet sur le climat et le réchauffement de la planète. L'objectif de cet examen est de fournir une mise à jour sur les stratégies d'atténuation disponibles des gaz à effet de serre de bétail. Récemment, le réchauffement climatique et le changement climatique sont devenus l'une des questions les plus discutées à l'échelle mondiale en raison de leur effet négatif sur l'écosystème mondial. Le sous-secteur de l'élevage en tant que source majeure d'émissions de gaz à effet de serre, a été identifié pour contribuer de manière substantielle à la hausse récente du réchauffement de la planète et du changement climatique. Le bétail, plus important encore, les ruminants jouent un rôle majeur dans l'émission de méthane, l'un des gaz à effet de serre puissants. Ce méthane est généralement libéré par la fermentation entérique chez les animaux et le système de gestion de fumier, bien que ces derniers représentent une plus petite quantité. L'estimation des stocks d'émissions de méthane provenant du bétail au Nigéria a montré que 96,15% de méthane produites par le bétail étaient par des ruminants avec des bovins à eux-mêmes représentant 74,06%. Avec ce contexte, des stratégies à ce jour pour réduire les émissions de méthane doivent être centrées sur le ruminant. Les efforts visant à réduire les émissions de méthane de la fermentation entérique se concentrent généralement sur les options d'amélioration de l'efficacité de la production. Cela a été démontré avec des systèmes de production d'animaux intensifs. Cependant, au Nigéria, ce système n'a abouti que pour les non-ruminants tandis que les systèmes étendus et semi-étendus sont pratiqués pour les ruminants. Compte tenu de cela, les options de réduction des émissions doivent être sélectionnées pour être cohérentes avec des circonstances spécifiques à chaque pays. Ces circonstances devraient inclure des pratiques de gestion des animaux (y compris des traditions culturelles), des priorités de nutrition et de développement économique

Author Biographies

M. A Adeyemi , Olusegun Agagu University of Science and Technology

Department of Animal Production and Health

E. O. Akinfala, Obafemi Awolowo University, Ile-Ife

Department of Animal Sciences

Downloads

Published

2021-11-10

Issue

Section

Articles